mardi 28 mai 2013

En 2013, vraiment ?

En plein débat sur le mariage homosexuel ici en France, une nouvelle, la semaine dernière, m'a quelque peu interpellée.
Au Canada, une loi autorise maintenant les homosexuels à donner leur sang à condition d'être abstinent depuis 5 ans ....... Il m'a fallu quelques minutes pour réaliser que même pour le 1er avril, la farce aurait été plutôt de mauvais goût. Je n'avais pas mal entendu ou mal compris, c'est une vraie loi, dans un vrai pays.
Mettons-nous quelques secondes dans la peau du médecin qui fait la visite de son patient  avant le don du sang : "
- Êtes-vous homosexuel ?
- Oui.
- Vos derniers rapports datent de quand ?
- 5 ans 4 mois et 28 jours ......
- Cool, bon pour le don !"

Cool ?!?
Pas de rapport sexuel depuis 5 ans 4 mois et 28 jours pas sûr ! La preuve, le patient compte les jours ......
Mais soit !
Reprenons notre examen médical dans un contexte différent :
- Êtes-vous homosexuel ?
- Non.
- Cool, bon pour le don !"

Cool ?!?
En fait le patient est un hétéro, qui fornique allègrement tel le lapin duracell en pleine possession de ses batteries neuves, et qui hier soir encore, dans les toilettes de cette dernière boîte à la mode s'est en.... STOP !!!! désolée, le reste nécessite l'accord parental.
C'est bon pour le don, ça ?
Autre cas : en fait non, le patient est un homo mais il n'a pas envie de le dire : c'est bon pour le don, ça ?

Alors je me dis que nos cousins canadiens n'ont pas été très avisés sur ce sujet et que ce n'est pas en France que cela se serait passé....
Enfin, j'espère. Mais, vous savez vous ce qu'on fait en France sur ce sujet ?

L'Établissement Français du Sang applique l'arrêté ministériel du 12 janvier 2009 fixant les critères de sélection des donneurs de sang. Ce texte de loi dispose actuellement que les hommes ayant eu ou ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes ne sont pas autorisés à donner leur sang, pour garantir la sécurité transfusionnelle. 

En France, la base du don est le volontariat. Ce volontariat permet de croire à une certaine honnêteté des donneurs dans les informations qu'ils communiquent au médecin. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est sur le site  http://www.dondusang.net

La sélection des candidats au don est donc nécessaire pour couvrir le risque lié à cette période silencieuse. Elle est réalisée lors de l’entretien médical, sur la base des contre-indications réglementaires définies dans l'arrêté ministériel, elles-mêmes définies sur la base de critères médicaux et épidémiologiques. Ces contre-indications doivent être analysées et appréciées au regard de la sécurité des malades qui reçoivent les produits sanguins issus des dons de sang. C’est pour cela que les informations communiquées par les candidats au don sont fondamentales. C’est pour cela aussi que le don bénévole et non rémunéré est une démarche qui favorise la sincérité des informations communiquées.

Les  hétéro seraient-ils plus honnêtes que les homo ?

Je n'ose pas imaginer que des tests ne sont pas effectués de manière efficace sur le sang prélevé quelque soit son origine d'autant plus que la France a été marquée par l'affaire du sang contaminé.

Alors je me dis qu'en France, nous ne sommes pas très avisés sur ce sujet ....

Pokou, pokou

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire