jeudi 14 août 2014

Et tu as lu quoi pendant tes vacances ?

Solognognot, solognognotte, ami, inconnu, vacancier, travailleur, lecteur, analphabète, mon amour !
 
Désolée de n'avoir pas mieux garni vos bagages estivaux, vos neurones avachis vont s'en trouver tout flétris. Ce n'est pas faute pourtant d'avoir commis quelques heures de bouquinerie mais l'avouerai-je, l'envie de m'en répandre n'a point surgi et me voilà donc avec une longue, longue liste d'ouvrages en transit.

Bon, j'arrête là mon "délire" et puis tout n'est pas forcément perdu. Certains ne sont peut-être pas encore partis et d'autres sont peut-être munis de moyens modernes de lecture électronique alors on y va, décapez vos lunettes, mamy critique est de retour !


Rappelez-vous, je vous avais laissé face à une source tarie : plus d'ouvrage sous la main. Vos idées n'ayant pas alimenté ma quête, je me suis tournée vers la chambre de ma fillette qui dispose de sa propre bibliothèque et qui m'avait toujours encouragée à suivre ses coups de cœur.




Gaëlle a une histoire très particulière avec Pierre Bottero qu'elle a eu la chance de rencontrer et qui fait partie des gens qui comptent beaucoup dans sa vie. Je me suis donc lancée dans cette quête. C'est bien entendu de la lecture pour la jeunesse et pour les adultes, il en "manque un peu". Mais pour moi qui suis une fan de fantasy, je trouve que c'est une super entrée en matière pour nos têtes blondes et pour leur donner envie de plonger à fond dans la lecture. Alors n'hésitez-pas à offrir ces ouvrages à vos enfants, petits enfants, neveux, nièces ..... je suis sûre qu'ils deviendront de vrais inconditionnels d'Ewilan.

Après Gaëlle, c'est Jacqueline ma belle-maman qui m'a passé cet ouvrage. C'est une sorte de reportage littéraire d'un séjour de Kessel, en Birmanie dans un village très peu accessible dans une région riche en rubis. Le style littéraire de Kessel est toujours très précis avec un vocabulaire très riche mais j'ai trouvé cet ouvrage un peu superficiel. Certainement très intéressant pour des gens ayant visité cette région, le journaliste Kessel n'a fait que reporter ce qu'il voyait, un peu comme à travers un appareil photo mais sans recul sur les conditions. Il ne nous livre que la vision d'un touriste lambda, ce qu'il n'était certainement pas : dommage.



Retour ensuite dans la "vraie vie" en compagnie de Hillary Clinton qui nous livre son expérience de Secrétaire d'Etat, l'équivalent de notre Ministre des Affaires Étrangères.
Alors d'abord, ce n'est pas un livre à glisser dans votre valise car c'est un pavé de près de 800 pages : gardez-le pour la rentrée !
Moi je l'ai lu en pointillé, ce que je fais rarement, mais il est très difficile d'enchaîner chapitre après chapitre sans recul et passer par exemple du conflit israélo/palestinien à la guerre en Syrie. Il vaut mieux alterner avec du plus léger.
Plusieurs choses m'ont frappée. D'abord l'esprit américain, super héros, maître du monde, sauveur de l'humanité reste très très présent même dans l'ouvrage de cette dame qui a une grande expérience de la vie et de la politique internationale et honnêtement je m'attendais à plus de modestie, hypocrite au besoin. Et non, elle assume totalement la vision des Etats Unis 1ère puissance mondiale quoiqu'on en dise.
Et ce qui m'a encore plus frappée, c'est le peu de place qu'a l'Europe dans ces 800 pages, ou plutôt l'Union Européenne. Elle ne le dit jamais bien entendu, mais nous ne comptons pas, clairement, et l'avenir du monde ne passe pas par nous. Cette constatation est frappante et j'espère que cela fera prendre conscience à cette vieille dame appelée Europe qu'il est grand temps qu'elle passe à la vitesse supérieure, dans ses institutions d'abord et dans son rapport au travail.
So Bill, futur first Lady ? Why not ?


Quelle chance pour moi alors de tomber sur cet ouvrage, recueil de nouvelles de Deaver qui me permettait d'alterner avec l'ouvrage de Clinton.
Que du bonheur encore et toujours. Rien de prévisible, on reste toujours surpris même si on se dit chaque fois qu'il ne nous aura pas, pour une fois.
Et puis, c'est une belle entrée en matière si vous ne connaissez pas encore cet auteur pour pénétrer dans son monde et vous préparer au meilleur qui vous attend après.


 
 Une première ensuite avec "Le mois le plus cruel" de Louise Penny. Babel Noire est une collection que je connais bien mais je découvre cet auteur, une canadienne connue a priori pour ses romans policiers. Bon, je ne suis pas devenue fan inconditionnelle. En fait c'est un peu long (513 pages) et je ne pense pas que l'intrigue les vaut. Même si ce petit village est attachant et donne envie d'y passer, surtout quand on aime le Canada comme moi, l'écriture aurait pu être plus efficace, certaines petites histoires dans l'histoire n'ayant aucun intérêt. Ou alors peut-être dans les ouvrages suivants mais je ne sais pas si je me laisserai tenter.



Après cela, retour à une valeur sûre, encore, un Deaver avec juste une apparition de notre enquêteur préféré, Rhymes, mais qui laisse la place belle à un personnage secondaire des autres romans, Parker Kincaid, graphologue qui prend les rênes dans cette intrigue où se mêlent à la fois une véritable enquête policière et un conflit plus personnel, les deux menés avec beaucoup de talent.


"L'oiseau de mauvaise augure" de Camilla Lackberg vient clôturer cette 1ère série, oui, oui, vous avez bien lu : ce n'est pas tout, il y aura une 2ème série.
On retrouve notre inspecteur préféré Patrick Hedström et son épouse Erica Falck qui, tout en préparant leur mariage, se retrouvent confrontés à une série de meurtres tout en accueillant dans leur village une émission de télé-réalité et voyant arriver une nouvelle recrue au commissariat.
Un roman toujours aussi bien ficelé et bien amené dont la fin m'est apparue que bien bien tard.


Bon vous voilà équipés pour quelques jours, non ? Enfin avec toute cette pluie, un peu moins peut-être. Qu'à cela ne tienne, à demain pour de nouvelles découvertes littéraires.

Pokou pokou

4 commentaires:

  1. Toi même !! Enfin ça me fait quand même drôlement plaisir que tu aies ENFIN lu la quête d'Ewilan (il ne t'aura fallu que, quoi, 8 ans ?) Et puis ça change du reste de tes lectures pleines de policiers et de meurtres...

    RépondreSupprimer
  2. Oui tu as raison, il était temps ! et je suis toujours aussi heureuse de voir qu'au moins 1 personne lit mon blog ;)

    RépondreSupprimer
  3. Oh et sinon, pour répondre à ta question, j'ai lu Le Chardonneret de Donna Tartt. TRÈS BON. Ajoute le à ta liste !

    RépondreSupprimer