samedi 13 juin 2015

Ce que j'ai lu pendant ce temps

En laissant un peu ce blog de côté, parce qu'occupée à autre chose, j'ai aussi oublié de vous faire part de tous mes commentaires et .... je suis sûre que cela vous a manqué !

Alors, préparez-vous car la liste est longue.


Premier roman de Julia Deck, une histoire très prenante sur cette femme un peu perdue, plus épouse, pas vraiment mère, en psychanalyse, qui se croit meurtrière et qui va nous promener dans Paris pour résoudre toutes ces énigmes.
Bon, ce n'est pas le livre de l'année mais j'ai accroché même si la fin méritait plus d'originalité.







Comment vous dire ? On n'est pas là dans la littérature spectaculaire. Mais l'histoire de cet homme, directeur d'un établissement scolaire, est prenante. Et cette parenthèse est très poétique, comme souvent dans la littérature japonaise. Alors n'hésitez-pas, offrez-vous ce petit moment juste pour vous.






Deux tomes pour se replonger dans le monde des agents secrets américains qui luttent toujours contre leurs ennemis du Moyen-Orient. J'avoue que c'était long et que j'ai eu du mal à tout mettre en place au début. Mais on garde l'efficacité et pour le coup, l'effort intellectuel à fournir n'est pas insurmontable.






Pas grande fan de Musso, et je récidive parce que même en relisant le résumé j'ai du mal à me souvenir de l'histoire. Alors du surnaturel, avec cet homme qui vit sa vie en pointillé et qui essaie de résoudre l'énigme de sa famille. Honnêtement, je ne me souviens plus du dénouement même si j'ai le souvenir que j'avais trouvé ça décevant.






Ça c'est de l'écriture et rien que pour la recherche dans le vocabulaire, il faut lire du Nothomb. Mais l'histoire est intéressante aussi avec ces joutes verbales, entre cet écrivain misanthrope et 5 journalistes sélectionnés pour venir l'interviewer, alors qu'il n'a plus que quelques mois à vivre. Bon d'accord, ce n'est pas forcément un livre à mettre dans votre valise pour cet été, mais mettez-le de côté pour la rentrée !





Soyons honnête, ce n'est pas le meilleur Deaver, loin de là. Il manque de rythme, de suspens et de mystère Mais cela reste du bon policier pour ceux qui aiment ce style.








Je découvre cet auteur par ce 1er ouvrage et j'aime assez. Il y a une enquête qui m'a bien plu, des enquêteurs toujours efficaces, et ce personnage un peu décalé, en la personne d'une mathématicienne qui apporte une lecture très théorique d'une enquête. Bon, à suivre, au gré d'autres titres pour voir si la promesse est tenue.





Et Edgar, c'est Hoover, illustre patron du FBI au travers de sa vie, raconté par son bras droit et néanmoins amant. Ce livre est assez stupéfiant, en fait. Quelque part entre la fiction et le témoignage historique, il nous plonge dans une Amérique et ses arcanes politiques que nous ne voulions pas forcément connaître. Et quand tout cela égratigne en plus l'icône américaine qu'est encore Kennedy, ce livre ouvre la porte à une multitude de questions.








Un des nombreux cadeaux de mes 50 ans, cet ouvrage est une belle promesse.
Dès le départ, une liste de personnages est dressée et forcément, on se dit, qu'ils vont tous être liés un moment où un autre. Plusieurs couples soumis aux aléas de la vie, vivent chacun des crises et petit à petit se dessinent des dénouements possibles. Et moi dans ces cas-là, je me dis toujours que non, l'auteur va sûrement me surprendre et ne pas m'amener là où il m'a guidée depuis le début. Et patatras ! Nous restons dans le conformisme bien américain et tout ce qu'on attendait arrive et rien ne nous surprend. Aucun risque, ni dans la vie des personnages, ni dans la fin du livre : dommage !


Pokou, pokou

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire